Comprendre l’augmentation des tarifs de Spotify en 2024

par | Mar 13, 2024 | Actualités

En ce début d’année 2024, Spotify, le géant du streaming musical, annonce une hausse de ses tarifs pour ses abonnés français. Cette décision fait suite à l’introduction d’une nouvelle taxe, la taxe streaming ou taxe CNM (Centre National de la Musique), imposée par le gouvernement français. Voici un aperçu des implications de cette augmentation de tarifs et de la réaction du CNM.

Spotify réagit à la taxe streaming

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, Spotify informe ses abonnés français d’une augmentation de son forfait premium, passant à 10,99 euros. Cette hausse tarifaire est directement liée à la nouvelle taxe CNM, dont Spotify devra s’acquitter. La plateforme exprime ses préoccupations quant à l’impact de cette taxe sur ses bénéfices, soulignant que près des deux tiers de ses revenus seront désormais redistribués aux ayants droit et à l’État français. Spotify exprime également des inquiétudes quant à la destination finale de cette taxe, soulignant qu’elle ne profitera pas directement aux artistes, mais plutôt à un intermédiaire supplémentaire, le CNM.

La taxe streaming : un soutien à la création musicale française

La taxe streaming a été instaurée par le gouvernement français en décembre 2023, obligeant les plateformes de streaming telles qu’Apple Music, Deezer et YouTube, en plus de Spotify, à reverser 1,2% de leurs bénéfices au Centre national de la musique (CNM). Cette initiative vise à soutenir la création musicale française en fournissant des aides financières, des formations et un soutien aux festivals, salles de concert et disquaires. Toutefois, les plateformes réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 200 000 euros, comme Qobuz, sont exemptées de cette taxe.

Réponse du CNM

Face aux préoccupations exprimées par Spotify, Jean-Philippe Thiellay, président du CNM, clarifie le rôle de la taxe streaming. Il assure que 100% des recettes de cette taxe sont réinvesties dans l’industrie musicale, soutenant des enregistrements de disques, des artistes émergents et des initiatives visant à promouvoir la musique française à l’international. Il compare cette taxe à celles déjà existantes dans d’autres secteurs culturels, telles que la taxe sur la billetterie des concerts, soulignant son importance pour maintenir la souveraineté culturelle dans un marché mondialisé.

Bien que l’augmentation des tarifs de Spotify puisse sembler décourageante pour les abonnés français, elle s’inscrit dans un contexte plus large visant à soutenir la diversité et la vitalité de la musique française. La taxe streaming, bien que contestée, est perçue comme un moyen de garantir un soutien financier durable à l’industrie musicale nationale, tout en favorisant l’émergence de nouveaux talents.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.